Faire société ! En Bretagne nous avons toujours su ce que le mot solidarité voulait dire et surtout à quoi il engageait les uns et les autres. Mais la crise sanitaire que nous venons de vivre a révélé, voire creusé des inégalités que les répliques économiques et sociales à court et moyen terme du Covid et de la période de
confinement ne vont qu’accentuer. Le sujet d’une « réponse solidaire » s’impose à nous tous dans cette
période incertaine qui s’ouvre. D’autant que les semaines inédites qui viennent de s’écouler ont suscité de
nombreuses initiatives solidaires qui ne peuvent que nous inspirer.

Une « réponse solidaire » doit s’organiser face -au moins- à 3 enjeux :

Premier enjeu : celui de la fracture numérique, plus que jamais critique au moment où la dématérialisation
croissante des échanges n’intègre qu’une partie de la population. Une fracture numérique « éducative » d’une
part, qui ne donne pas le même accès à l’enseignement et aux connaissances à tous. Une fracture numérique «
générationnelle » d’autre part, qui conduit beaucoup de nos seniors à se sentir fragiles ou marginalisés face
notamment, à des services publics ou un système de santé de plus en plus dématérialisé.

Beaucoup reste encore à faire dans ces deux domaines dans lesquels il faut mettre « les bouchées doubles »,
au risque de voir se creuser encore plus profondes des inégalités irrattrapables.
Quel véritable plan de déploiement numérique breton mettre en place ? Quels nouveaux financements
mobiliser ? Avec quelles nouvelles alliances d’acteurs privés, publics et associatifs ?

Deuxième enjeu : celui de l’accès au logement et à la mobilité pour tous : pour être attractif, compétitif et
favoriser l’emploi notre territoire doit offrir de meilleures conditions d’habitation et de déplacements, plus
diversifiés.

Ce sont des chantiers de plus long terme mais auxquels il faut se réattaquer dès à présent, dans un
mouvement cohérent et coordonné entre les différentes parties prenantes afin d’être efficace face aux enjeux
de relocalisation et de réindustrialisation. Sans oublier ceux de la consolidation de notre attractivité en tant
que territoire d’accueil, et bien sûr au regard de notre vivre ensemble.

De quelles expériences et initiatives des différents acteurs s’inspirer ? Quelles nouvelles idées et solutions
proposer ? Quelles nouvelles « alliances » ou task-forces mettre en chantier pour avancer ?

Troisième et dernier enjeu, essentiel : celui de cette réponse solidaire en elle-même. Comment prolonger
et redéployer des solidarités nées, créées pendant la crise ? Notre territoire a vu un grand élan d’énergie se
propager dans les solidarités au quotidien, les solidarités du quotidien. Comment capitaliser sur cet élan,
comment prolonger le mouvement et nous inspirer de ce qui a fonctionné ? Comment, en fait, ne pas s’arrêter
en si bon chemin ?

Plus que jamais, notre territoire a besoin que l’on travaille à ces sujets complémentaires pour
la refondation de notre écosystème économique et social breton dans une perspective de
réussites et de solidarités.

Envie de participer au FEB ? Inscrivez-vous ICI