Le débat est vif. Qu’est ce qui est essentiel ? Qu’est ce qui l’est moins ? Pourquoi ? Et surtout pour qui ? Et à quels moments ? Les questions sont nombreuses et les réponses… pas toutes faites.

En attendant de trancher ces débats qui peuvent s’avérer sans fin, il y a une chose qui demeure essentielle d’où que l’on parle et quel que soit le moment : la santé économique de notre région, de tous ses acteurs et de ses habitants.

Le nouveau cycle de confinement/reconfinement dans lequel nous entrons et qui semble parti pour durer va, une fois de plus, éprouver la résistance de notre tissu économique et entrepreneurial. La première édition du FEB s’était repensée comme un moment d’échanges refondateur au service de l’écosystème économique breton. Il s’est tenu dans cet esprit et s’est vécu, pour ses partenaires publics et privés, comme le « marqueur » enthousiaste d’une relance régionale « post-Covid » rendue envisageable par nos capacités de résistance et d’innovation collectives.

Las.

L’histoire bégaie, le combat contre l’épidémie est relancé et nous devons au moment où nous parlons nous projeter vers une deuxième édition du Forum Economique Breton toujours plus concrète et opérationnelle, au service de l’écosystème et de ses acteurs.

Pour cela, et sans attendre les 8 et 9 septembre prochains, le FEB et ses partenaires vont tout mettre en œuvre pour préparer au mieux ce rendez-vous qui doit s’envisager d’une part comme le rendez- vous de rencontres de tous les acteurs publics et privés de toute la Bretagne : PME, ETI, grands groupes et institutionnels, et d’autre part comme un lieu privilégié d’échanges de bonnes pratiques et de solutions pour accélérer la sortie de cette période de crise et les transitions nécessaires en cours. C’est la raison d’être et l’ambition du FEB 2.

Essentielles ?