Comment avez-vous traversé la crise, avec vos équipes ?

Cette crise a mis en exergue le rôle essentiel des banques qui, en tant qu’opérateurs d’importance vitale, ont été la courroie de distribution des dispositifs de soutien à l’économie mis en place par le gouvernement et les autorités européennes. Le groupe Arkéa, en quelques jours a dû se mettre en ordre de marche pour assurer les activités essentielles tout en préservant la santé de ses sociétaires clients et collaborateurs. La crise a été un accélérateur de la transition numérique  et des modes de travail  avec pour le groupe Arkéa,  près de 10 000  collaborateurs  mis en situation de travail à distance, en quelques jours seulement et également un accélérateur de l’animation de la relation clientèle à distance avec une digitalisation accrue au service de l’expérience client. Cette crise est également la démonstration des atouts de la proximité relationnelle et de la réactivité qu’elle permet. Le groupe Arkéa, avec la singularité d’être un établissement financier de plein exercice qui maintient ses centres de décision en régions, a pu démontrer toute sa pertinence.

Comment s’est déroulée cette mobilisation ?

Cette mobilisation s’est traduite par un engagement exemplaire et une agilité exceptionnelle dont ont su faire preuve  les équipes du groupe Arkéa aux côtés de nos sociétaires et clients. Les reports d’échéances ainsi que le déploiement à grande échelle du Prêt Garanti par l’État ont permis d’apporter une réponse immédiate et efficace aux difficultés de trésorerie qu’ont pu rencontrer les entrepreneurs. Nous avons également mis en œuvre des mesures spécifiques pour nos sociétaires et clients particuliers, associations qui ont pu être confrontés à des situations d’urgence liées au ralentissement économique et à la mise sur pause  des activités culturelles, sportives ou sociales. Arkéa est un groupe bancaire coopératif, et dans ces circonstances exceptionnelles et inédites, il en va de notre responsabilité d’apporter toute l’attention et la bienveillance nécessaires à l’ensemble de nos clients, de faire preuve de réactivité et de créativité dans nos solutions.

Quelles sont les raisons de votre participation au FEB ?

Le groupe Arkéa s’est tout naturellement associé au projet du 1er Forum Économique Breton.
Notre ancrage territorial, nos valeurs coopératives et humanistes, les liens de confiance et de proximité que nous entretenons avec les parties prenantes de notre écosystème prennent tout leur sens aujourd’hui dans cette phase de refondation de La Bretagne.
C’est ensemble, en renforçant les collaborations publiques-privées, en créant aussi de nouvelles formes de solidarité, que nous soutiendrons durablement l’économie et le dynamisme des territoires. C’est pour toutes ces raisons, que nous nous sommes retrouvés dans l’état d’esprit du Forum économique Breton, qui n’est pas un événement éphémère mais un catalyseur sur le temps long du « faire ensemble » pour un territoire qui gagne.

Quelle est la thématique clé dont vous êtes porteur ?

Nous voulons être acteur d’un monde qui se conçoit sur le long terme et prend en compte les grands enjeux sociétaux et environnementaux de notre planète pour les prochaines générations. Aujourd’hui, une entreprise ne peut plus raisonner aux seules bornes de son compte de résultat. Face à des enjeux sociétaux et environnementaux qui la concernent et la dépassent, il est de sa responsabilité de contribuer sincèrement à relever les défis de l’époque et de ses territoires. La performance est devenue globale, bien évidemment financière mais également dans sa contribution extra-financière. Une performance globale, c’est donc une performance à la fois économique, sociétale et environnementale, celle d’une entreprise qui agit en proximité, en écoute et répond aux besoins des personnes et de ses territoires de façon pertinente.  Les thématiques clés que nous porterons lors du 1er FEB, seront Relocalisation et maintien des centres de production/décision en région, Transition environnementale et Solidarités.