Comment avez-vous traversé la crise, avec vos équipes ?

Nous vivons une période inédite et totalement intense depuis le début du confinement. Chez BpiFrance, nous avons été mobilisés dans les tout premiers jours, pour répondre aux très nombreux appels de chefs d’entreprise, mais aussi d’artisans et de commerçants, qui nous contactaient via le numéro vert mis en place au niveau national. Ce fut une période très intense pour les équipes, qui ont dû faire face à plusieurs milliers d’appels en quinze jours. Il fallait rassurer, expliquer, réorienter. Ensuite, BpiFrance a mis en place des outils financiers dédiés à la crise du Covid, notamment le prêt Rebond, conçu en lien avec les services de la région Bretagne. Ce fut le premier lancé en France, il a déjà bénéficié à 200 entreprises bretonnes, pour un montant total de 15 millions d’euros, avec des prêts compris entre 10.000 et 50.000 euros.

Comment s’est déroulée cette mobilisation ?

Nous avons simplifié et digitalisé toutes nos procédures en quelques jours, ce qui représente une sacrée révolution dans le monde de la banque ! Nos équipes ont été associées à la mise en place du PGE (prêt garanti par l’Etat), elles ont réalisé la plateforme Résistance, avec la Banque des Territoires, la région Bretagne et les quatre départements… Nous sortons de trois mois particulièrement denses, à tous les niveaux, y compris humains, qui ont révélé notre capacité à créer des produits nouveaux en quelques jours, grâce aux liens de confiance établis avec tout l’écosystème breton, public et privé, les élus, les administrations, les entreprises… En retour, nous recevons de réelles preuves de reconnaissance de nos clients et de nos partenaires. Nous ressortons grandi de cette épreuve.

Quelles sont les raisons de votre participation au FEB ?

Traditionnellement, BpiFrance fait peu de communication en région. Mais ce qui m’a plus dans le FEB, c’est l’idée de faire se rencontrer le meilleur du public et du privé, c’est comme cela que cela marche en Bretagne ! Le FEB entend défendre l’attractivité économique bretonne, c’est un vrai sujet auquel les chefs d’entreprise doivent être attentifs, tout particulièrement en cette période. 

Quelle est la thématique clé dont vous êtes porteur ?

Notre raison d’être, chez BpiFrance, c’est l’accompagnement et le financement des entreprises. La thématique des transitions nous tient particulièrement à cœur : nous avons pour ambition d’être la banque du climat. Les chefs d’entreprises doivent aller plus loin dans la transformation de leurs activités, nous allons les accompagner avec des outils dédiés. La question de la relocalisation et de l’industrie est également essentielle, pour le maintien de l’emploi dans les territoires, avec un enjeu social fort.

Envie de participer au FEB ? Inscrivez-vous ICI