Les yeux brillaient au-dessus des masques de rigueur, ce 9 septembre à Saint-Malo, et ce n’était pas seulement dû à la fatigue et à la concentration. L’émotion partagée par tous les participants était palpable à l’issue de cette première édition du Forum Economique Breton. Cet événement venait de loin, il a su se réinventer malgré les vicissitudes du temps. Il a, au sens premier du terme, « fait du bien ».

Journaliste économique rennais, j’ai eu le privilège de participer à la coordination éditoriale du FEB et à son animation. Au printemps, après le report de l’édition initialement prévue en avril, nous avons entièrement repensé la programmation pour tenir compte du contexte inédit de cette année de tous les dangers. Avec un objectif à la fois simple et ambitieux, partagé par tous les partenaires : ce rendez-vous, le premier événement économique post-confinement en Bretagne, se devait d’être sobre, concret et constructif.

Créer des ponts

Durant ces deux jours, j’ai pu mesurer combien le FEB répondait à une attente forte des acteurs économiques bretons, publics et privés. Plus que jamais, se retrouver était indispensable. Partager, échanger sur l’essentiel s’imposait en cette rentrée compliquée. Loin des grand-messes aseptisées ou des shows superficiels, le FEB a mis en lumière des initiatives d’homme et de femmes engagées dans leur territoire, soucieux de l’intérêt général et du bien commun. Sans éluder les difficultés actuelles, mais toujours avec le souci de créer des ponts entre les secteurs et les acteurs.

C’est un vent porteur qui a soufflé sur le Palais du Grand Large durant ces deux journées, avec l’envie forte de « Faire Ensemble la Bretagne », au-delà des clivages habituels et en prenant en compte les indispensables transitions à venir. Un élan qu’il va désormais falloir accompagner dans la durée, jusqu’à la prochaine édition, avec méthode et imagination. Avec le FEB, nous nous sommes aussi sentis Fiers d’Etre Breton !

Xavier Debontride